LA PURGE
EVENT INDIVIDUELS La guerre est aux portes de Londres, voici venir l’ère de la violence…
Autrement dit : Ca va chier les gars !

L'event démarre aujourd'hui, marquant le début d'une intrigue. Les info sont ici **
N'hésite pas à contacter le staff en cas de doute :keur:
FERMETURE HOSTINGPICS
C'est imminent - L’hébergeur ferme bientôt ses portes, c'est moche !
Pensez à ré-heberger les images de vos fiches et profils pour ne pas les perdre.
Normalement les images du forum on toutes été ré-hébergées,
mais si vous en trouvez des brisées, contactez Zohra.
Merci les pains d'épices ! :keur:
GUIDE DU FORUM
Pour ne jamais te perdre - Tu peux utiliser ce guide, qui pourra te diriger parmi les sujets.

Et si tu as besoin, n'oublie pas que les staffeux sont les meilleurs
des bergers, toujours présents si besoin.

Partagez | 

 Midnight Dance | ft. Catrin



Invité
avatar
Invité

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mar 19 Déc - 16:42
Midnight Dance
create illusion, go to prison



Putain, c’est un bordel sans nom ce soir. Entre la vieille peau qui hurle dans tous les sens pour faire croire qu’elle est encore jeune et l’autre pimbêche qui se prend pour la Reine d’Angleterre au bar, j’ai déjà envie de flanquer des coups de tête à une bonne partie de la bande infernale. Je ne sais pas pourquoi je m’obstine à venir dans ce bar. Ça sent toujours la gerbe quand tu rentres à cause des nouvelles qui croient avoir un foie de malade mental. La musique est aussi pourrie que la plupart des tenues affriolantes que portent les nanas en chaleur. Et ne parlons pas du DJ qui pue de la gueule et qui t’envoie chier dès que tu demandes de changer un peu de registre, histoire de ne pas crever d’ennui. Le seul truc sympa ici, c’est le barmaid. Ouais, il est sympa ce gars-là. C’est l’un des seuls d’ailleurs. Les autres sont trop jeunes, trop vieilles, ou trop connes. Comme quoi le marché noir augmente son influence, même chez les lesbiennes. Et moi qui voulais juste m’amuser un peu. Je bois une tequila, cul sec, ça va me détendre. Ou pas. Il m’en faudrait cinq autres avant de voir la princesse charmante chez n’importe quelle nana. Avant, il va falloir que je me dégourdisse un peu les jambes. Première étape : traverser la foule en évitant les plus aventureuses qui tentent de te choper au passage. Je suis obligée d’en repousser une au bout de trois secondes. Une autre, douze secondes plus tard. Elles sont en forme, ce soir. Je ne devrais pas trop peiner à en trouver une qui fera l’affaire. J’hésite quand une petite blonde essaie de m’amadouer. Mais non, plus tard. Encore un peu de temps et d’alcool. Quand j’arrive à l’entrée, c’est pour demander mon manteau. On se pèle le cul dehors, et j’ai pas envie d’attraper une pneumonie. La plupart des nanas oublient, et c’est une erreur à ne pas faire. Débutantes.

La clope qui fait du bien. La nicotine qui double les effets de l’alcool. Le froid, qui annule totalement l’apothéose promise. Putain, il va falloir que je double les doses si je veux cloper toute la soirée. Et j’ai pas fini. Parce que, justement, la pause clope, c’est aussi la pause rencontre. Ce moment bizarre où les gens se sentent obligés de faire quelque chose de fou. La dernière fois, j’ai eu le droit à une inconnue qui se photographiait avec tout le monde. Je suppose que je suis sur le Twitter de quelqu’un et que je le sais même pas. Certaines trouvent que c’est le meilleur endroit pour aller demander du feu, histoire de se rapprocher des autres gonzesses qui les intéressent. Pendant un temps, je faisais partie de ces nanas. Quand c’était pas encore la mode. « Eh, j’peux te piquer du feu ? » ça me fait bien marrer. A chaque fois, ça marche. Et avec la robe que j’ai mise ce soir, ça les rend complètement débiles. Carrément, qu’elle peut me piquer du feu. Elle est mignonne, et elle est polie. Ça arrive pas tous les jours, je peux te le dire. Et puis elle se barre. C’était juste une œillade rapide. Une invitation, si tu veux. Au cas où j’ai envie de la prendre dans les toilettes entre Lady Gaga et LMFAO. Je ne sais pas qui c’est, elle ne sait pas qui je suis. Ça durera deux minutes et on sera bien contentes toutes les deux. Et puis après, on s’oubliera. On oublie tout le temps. « Ah, mais merde, putain ! » que je peste, quand quelqu’un me fonce dessus. Les risques de la boîte, hein ? Toujours. Sauf que celle-là, je l’ai pas oubliée. Ce petit visage de fouine. « Tiens, revoilà la pot de colle. Il faut toujours que tu ramènes ta fraise là où je vais. Tu me suis ou quoi ? » Catrin, c’est une gamine que j’ai calmé avant qu’elle ne pète la gueule à quelqu’un et qu’elle se retrouve au commissariat. J’ai bien fait mon boulot, mais visiblement ça lui a un peu trop plu. On se croise de temps en temps, et j’ai bien l’impression qu’elle ne va pas me lâcher les baskets avant un petit moment. Il faudrait limite que je me trouve un autre endroit à aller souiller pour l’éviter. « Qu’est-ce que tu fous là, gamine ? » Elle ne me répond pas tout de suite. On dirait que ma robe l’intéresse. Ça l’intéresse toujours, au point qu’elle oublie ce que je lui dis, ou ce qu’elle dit. Je suis obligée de lui frapper l’épaule d’un coup de poing pour qu’elle revienne à la réalité. « Tu comprendras vraiment jamais que tu vas finir par te brûler les yeux ? T’es aussi obstinée que mon garçon, vous êtes faits l’un pour l’autre. » que je lui sors. Je lui rappelle aussi qu’elle a quasiment le même âge. Mais elle a l’air de bien s’en foutre. En fait, on dirait plus moi. Une moi, version jeune. Ça me fait bien marrer, dans un sens. Et dans un autre, elle me casse quand même bien les couilles. « Alors, tu vas répondre à ma question, ouais ? Tu me suis ou quoi ? Qu’est-ce que tu fous ici ? »



Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Lun 25 Déc - 12:00
Midnight Dance
CREATE ILLUSION, GO TO PRISON



     

La paie était tombée ! Ça voulait dire : possibilité d’aller trainer dans les bars lesbiens ! Déjà que les bars du centre de Londres n’étaient pas donnés, mais ceux de Soho où elle aimait le plus trainer… ils étaient hors de prix pour y aller de manière plus régulière. Des fois, quand elle avait vraiment envie, mais plus du tout de thune, elle tentait le tout pour le tout : se faire offrir des verres. Mais ça ne marchait pas à tous les coups. Surtout si elle n’assurait pas une contrepartie en échange. Ce qu’elle n’était évidemment pas toujours disposée à faire.
Et comme ce soir-là elle n’était pas spécialement disposée, mais qu’elle avait eu sa paie, elle pourrait presque se laisser à offrir des verres aux jolies filles.

Cadi commença d’ailleurs bien la soirée, à percuter sans le faire exprès une paire de seins juste au niveau de son nez. Enfin, elle ça ne la dérangeait pas le moins du monde. Surtout quand elle reconnut la voix qui allait avec ce corps de rêve.
La grande blonde aurait bien l’âge d’être sa mère, mais elle s’en fichait pas mal. La flic avec un charme de fou et dégageait une force qui l’attirait comme un moustique sur un néon. C’était probablement une très belle métaphore. Le néon se fichait bien que le moustique crève sur sa lumière. Et à vrai dire, le moustique s’en fichait tout autant.

« J’oublie toujours à quel point les injures sonnent bien dans ta bouche » fit la jeune avec un sourire en levant les yeux vers ceux si bleus de la grande.

La petite sorcière recula quand même d’un pas pour mieux la voir. Elle n’avait pas lésiné sur la tenue. Et la cigarette entre ses longs doigts fins la rendait étrangement encore plus séduisante. Pas étonnant que toutes les nanas se pressaient de lui demander du feu. Et si possible d’enflammer autre chose que leurs clopes. Cadi les comprenait parfaitement, elle avait le même genre d’envie. Un côté d’elle savait que c’était impensable et qu’elle ne parviendrait jamais à avoir ce qu’elle voulait, mais le jeu en valait clairement la chandelle.

Un peu de brise et le passage d’autres nanas la distraient, soulevant les pans du manteau de la grande blonde. Faire 1m60 à côté d’elle, c’est se sentir très petite, mais c’est aussi être pile à la bonne taille.
Mais un coup de poing contre son bras la fait de nouveau lever les yeux vers le visage de Yuma. Cadi se souviendrait toujours de la fois où ses bras musclés l’avaient écartée d’une autre nana qui avait oublié ce que voulait dire le mot respect. C’était à partir de ce moment-là qu’elle avait eu un crush sur la commandant de police.

« Je pensais que c’était toi qui me suivait, en fait ! » taquina-t-elle, évitant soigneusement de parler du fils en question. La blonde devait bien se rendre compte qu’elle aurait été plus prête à “s’entendre” avec sa progéniture si elle avait été féminine.

« Je viens dépenser ma paie, madame la détective ! Est-ce que tu me donnerais du feu avant que je te paie un verre ? »

Eh bien oui, tout le monde avait la même technique, mais Cadi le faisait avec humour. Elle ne fumait que rarement, et elle pouvait encore plus rarement se permettre de payer des boissons pour quelqu’un d’autre… mais si elle pouvait garder Yuma avec elle pour le reste de la soirée, ça en vaudrait le coup !



Revenir en haut Aller en bas
 

Midnight Dance | ft. Catrin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEUS IN ABSENTIA ::  :: Old memorial :: Intimate documents-
Codage optimisé pour