LA PURGE
EVENT INDIVIDUELS La guerre est aux portes de Londres, voici venir l’ère de la violence…
Autrement dit : Ca va chier les gars !

L'event démarre aujourd'hui, marquant le début d'une intrigue. Les info sont ici **
N'hésite pas à contacter le staff en cas de doute :keur:
FERMETURE HOSTINGPICS
C'est imminent - L’hébergeur ferme bientôt ses portes, c'est moche !
Pensez à ré-heberger les images de vos fiches et profils pour ne pas les perdre.
Normalement les images du forum on toutes été ré-hébergées,
mais si vous en trouvez des brisées, contactez Zohra.
Merci les pains d'épices ! :keur:
GUIDE DU FORUM
Pour ne jamais te perdre - Tu peux utiliser ce guide, qui pourra te diriger parmi les sujets.

Et si tu as besoin, n'oublie pas que les staffeux sont les meilleurs
des bergers, toujours présents si besoin.

Partagez | 

 (YUMA) moon's light



Invité
avatar
Invité

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 15 Nov - 21:48
yuma svensson
i'm tired of pretending

POOPY
alias Emmy

Si je dis que je suis une fille, ça passe ?  :cute:

Avatar ‣ Charlize Theron
Personnage ‣ Inventé
Crédit ‣ Sweet Disaster (avatar) ; Heavenly Creature (GIF)


Nom & Prénom ‣ Svensson. Sang perpétué depuis des siècles, de nombreuses fois rebaptisé par d'autres identités. Nom de famille qui ne représente que les mariages précédents. Unions délétères enfouies avec le temps. Yuma, seule trace de ses ancêtres. Généalogie encore soudée aux os. Tatouage gravé sur le front de la sculpture de marbre.
Date de naissance ‣ Caricature morbide d'une nouvelle ère teintée de chaos. Octobre 1976. Divine idylle offrant la vie.
Age ‣ Blasphème soulevant quarante-et-unes lunes d'ivoire. Cage où elle s'enferme, entre les côtes, l'évasion face au temps qui s'effrite.

Nationalité ‣ Lointaine effigie d'un monde désormais ignoré, oublié, enterré sous les usines et les ponts cabossés. Londres, ogresse gobant les déchets. Ville aux allures accueillantes sous des faux airs de modestie avortée. Grasse petite fillette toujours en quête de plus de popularité. Anglaise. Yuma n'en a pas moins la gerbe au fond de la gorge lorsqu'elle observe un peu trop longtemps.
Origine ‣ Suède, Norvège et Finlande qui entretiennent le liquide vermeil. Scandinavie qui glisse dans les artères, architecte de son visage décharné.
Métier (études) ‣ Seul domaine dans lequel elle semble avoir du talent. Flair inné pour trouver le sang partout où elle se rend. Autrefois perdue, simple Omega, cherchant une place quelque part, une famille au-delà du joug du destin. Commandant de Police. Hautement gradée pour avoir mis à mal quelques criminels recherchés.
Niveau social ‣ Gargouillis d'une société qui étouffe. Digestion de la monnaie comme les quelques apéritifs du dîner. En haut de leurs tours, les marionnettistes et leurs poches bien garnies. Classe Moyenne. Dans la fosse, pantin qui s'anime pour tenter de couper ses ficelles.
Statut marital ‣ Son mari s'en est allé, comme son père avant lui. Hommes maudits devenus source de vengeance. Encre qui garnit les veines d'un noir bleuté. Veuve. Disparition inexpliquée, mort qu'on n'ose pas dire présumée. De l'union d'autrefois, un fils, Adsila. Progéniture adulée et surprotégée. Crade héritage de quelques nuitées avant le mariage.
Orientation sexuelle ‣ Instinct qui devrait lui tendre des bras masculins. Etreintes multiples qui ne lui ont apporté que la froideur et la mort. Souffrance caricaturale qu'elle a appris à tarir. Bisexuelle. Des horizons nouveaux, depuis quelques années, cuisses féminines qui se prosternent.

Racine ‣ Les gênes du loup dans les veines. Par Naissance, malédiction et offrande dans le carcan de l'âme. Choix inexistant. Tapis rouge de la destinée déjà déroulé dans le ventre de sa mère.
Loup ‣ Sang de l'Alpha qui coule dans les veines. Reflets des origines de la Meute et de toutes celles qui vécurent avant eux. Grande, plus que la moyenne, hauteurs pour régner sur la foule. Tâches de sang sur fourrure Blanche. Colombe dans une famille carnassière. Clapotis de l'instinct dans les boyaux, erreurs devenus fardeaux. Cicatrices le long du flanc, crocs de l'Ancien Ennemi ayant marqués la chair.
Meute ‣ Descendants des originels. Meute déjà nommée dans les ouvrages que sont leurs mémoires. Yakama, tombes déjà creusées à l'aurore du monde actuel. Plusieurs millénaires posés sur les épaules. Yuma. Alpha par héritage, Alpha par combat.

Présence à Londres ‣ Migration des Anciens. Meute parsemée dans la cité. Ville aux bras protecteurs. Chasseurs autrefois absents, aujourd'hui armés. Depuis toujours, ici, parmi les citoyens écervelés. Discernement paradoxal entre les ennemis et les alliés. Seul but, aujourd'hui, survivre et se venger.

Amarok






Curiosités


Généalogie ‣ Les gênes qui dictent la conduite. Un Père dont elle ne se souvient plus le visage. Etreinte éphémère. Orpheline qu'il a éconduite. Disparition soudaine, mort présumée, coupable déjà bien dessinés dans les songes. Roi de la Meute qui laisse sa place. Une Mère protectrice, aimante mais faible. De la force dans l'âme, de la faiblesse dans les os. Abandon de la Meute pour échapper au sort funeste. Yuma qui n'a vécu qu'avec elle. Parents tous deux au coeur de l'espèce. Véritables Amaroks ayant accepté leur héritage.

Avant elle, trois mirages. Deux sans visages, morts à même le ventre, sortis pour tenter d'oublier les rondeurs de la mère avortée. Sirna, petite créature fébrile, enlevée par les vents de l'hiver. Survie promise déjà effacée pour les plus faibles. Juste après elle, Idja, vénération du bambin devenu enfant. Courses parmi les pins des forêts alentours, sourire bien installé dans la mémoire des fous. Balle perdue d'un combat qui n'était pas le sien. Victime des mains des Sionistes. Kidnapping jamais digéré.

Union avec Erik, mirage d'un autrefois qu'elle a quasiment oublié. Jeunesse éternelle qu'elle aimait profondément. Second tour d'un tournoi chaotique. Disparition, numéro deux, de l'homme de sa vie. Sang familier sur le trottoir.

Naissance de l'enfant prodige. Adsila. Ange dans les ténèbres. Louveteau surprotégé, bien serré contre sa fourrure. Miracle caché entre ses pattes.

Points forts ‣ Force. Créature née pour tuer. Muscles taillés pour soumettre. Louve plus grande et plus féroce que ses pairs. Sang des originels qui lui offre un impact grandiose. Courage, caractère similaire à un père qu'elle n'a quasiment jamais vu. Désir se changeant en rage, furie qu'elle traîne avec elle pour anéantir la peur de chuter. Clairvoyance. Ombre forcée à ouvrir grands les yeux pour prendre garde au danger qui l'entoure. Décisions réfléchies et logique imparable.

Points faibles ‣ Surproctection de l'enfant prodigue. Peur constante de le voir périr. Héritage sublimé qui demeure le seul témoin de sa terreur. Le cauchemar de le voir tomber bien encré au coeur de la nuit. Alcool qui lui ronge peu à peu les os. Facilité qu'elle entretient chaque jour un peu plus. Habitude qu'elle ne parvient plus à dompter. Colère qu'elle ne maîtrise plus. Pertes qui s’amoncellent et qui la tuent à petit feu. Le crépitant qui incendie l'âme, la haine qui la ronge comme un poignard brûlant. Devoir qu'elle aime et qu'elle hait. Chaque accident, chaque disparition, chaque meurtre de ses pairs qui marque son front d'une trace indélébile. Palpitant qui culpabilise sans cesse. Aigreur qu'elle tente d'annihiler. Perte de Contrôle lorsqu'elle croise l'ennemi juré. Sionistes qui font disparaître la raison.

Implication personnelle ‣ Situation des autres dont elle se fiche. Seule réelle implication envers les siens, les seuls qui comptent. Protection accrue des canines qui lacèrent sous ses ordres. Meutes extérieures peu considérées, respect mutuel, respect de la race, certes. Pas de culpabilité à voir des semblables se faire massacrer. Alpha qui tend à choisir la dissimulation des siens. Alpha qui, seul, ose tenter de trouver des réponses. Furie Vengeresse qui la pousse à haïr les Sionistes. Ennemis communs à tous. Pas d'Alliance, seulement, combat qu'elle mènera seule pour ne pas faire couler le sang de ses frères et soeurs.

Vie de meute ‣ Alpha. Place dont elle a hérité, place qu'elle a récupérée par la force. Place qui lui donne toutes les responsabilités du monde. Ses frères et soeurs qu'elle protège comme des enfants. Famille complète qu'elle ne pourrait pas perdre. Les autres espèces rejetées pour éviter l'oeillade des Sionistes. Ne pas faire de vague pour protéger les plus jeunes. Le respect et la fascination, l'obéissance et l'appréciation de ses pairs. Eux qui ont accepté sa domination et qui l'aiment pour cela. Vengeance, dans les veines. Elle refuse le combat de la Meute, mais pas son combat personnel.



Caractère


Gorge noyée sous le fardeau. Alcool qui tente de faire passer la bile au goût de sang. Le verre qui cogne contre le bar, tandis qu'elle ferme les yeux à la recherche d'une seconde réalité. Fuite éphémère qui lui redonne un peu de courage. Qui efface les songes morbides et les souvenirs crasseux. Les larmes coincées dans l'oesophage, l'iode qui ne coule jamais. Image de la force et de la puissance toujours mise à nue face à ses compagnons. « Un autre. » qu'elle demande au barmaid. Le garçon n'entend pas vraiment, mais il sait à quoi s'en tenir. La gonzesse qui s'assied ici tous les samedis soirs n'est qu'une ombre latente qui répète toujours sa ronde. Fantôme étrange qui ne parle jamais. Les réalités qu'elle tente d'annihiler dans l'effervescence de l'acide. « C'est votre septième... » qu'il dit avec hésitation. Comme toutes les semaines, le compte effraie le gamin. Il a peur qu'un jour elle se fasse éclater par un bus en sortant et qu'il ne la revoie plus les semaines suivantes. Il a peut-être raison. « Qu'est-ce que ça peut bien te foutre, hm ? » Il baisse les yeux comme un bambin qu'on punit. Mais, cette fois-ci, le grondement ne suffit pas à fermer sa petite bouche en coeur. « C'est que... il y a une politique ici. » Les yeux de la princesse aux cheveux dorés reflètent l'amertume qu'elle porte sur son existence. Les cernes, sous ses yeux, témoignent de la fatigue qui lui flagelle l'épiderme. Le rouge, dans l'ivoire de son regard, soulignent les premiers symptômes d'une ivresse à poindre. « Quoi ? De ne pas servir quelqu'un qui tente de se saouler pour oublier ta sale gueule de con prétentieux ? Tu vas me dire que parce que je suis une gonzesse, je serais vachement débile de me foutre en l'air à coup de tequila ? T'es qui pour me dire ça, toi, d'abords ? T'y connais quoi à la vie ? Que dalle. » Les mots qui lacèrent.

Le poing qui ne tolère plus l'épicentre de son âme. La culpabilité et la haine qui vibrent en choeur dans sa cage thoracique. Le témoignage d'un frère qui pousse à la crise d'épilepsie. Le fauchage d'un des siens qui fait hurler la Louve. La dualité constante qui tend à s'effondrer sous la rage. Les deux âmes qui semblent enfin trouver un terrain d'entente lorsque la furie fait flamber le carcan. « Vas-y, sale chienne, sors-moi les tripes, que mes collègues vous fasses passer au Niveau 1. » qu'il sourit, le coupable, sous ses airs de psychopathe avant-gardiste. Ses mots sont un poison concentré qui file à travers les artères et qui se répand dans l'essence. La Louve qui s'agite, qui veut faire couler le vermeil. La Femme qui serre la gorge, tentant de repousser les assauts canins. « Quand je t'aurai étripé, personne pourra jamais retrouver ton cadavre. » qu'elle assène. Le coup n'a pas d'impact, ou seul, peut-être, celui du vent. Le Sioniste se contente de rire grassement. « ça te fait rire ? Toi et tes semblables, vous n'êtes qu'une bande de gros enfoirés tyranniques. Vous vous terrez comme des lâches entre vos murs, avec des flingues sous l'oreiller. Des putains de lâches qui attendent que la cible passe pour la faucher à distance. Un ramassis de merde empilée sous des capuchons noirs. Au nom d'un Dieu qui s'en branle de votre petite chasse. » L'homme passe au rouge. Son visage est au bord de l'implosion quand il parvient à sortir quelques mots. « Dieu m'attend aux portes du Paradis, pauvre idiote ! » Yuma secoue la tête. La Louve avec elle. « T'aurais du lire plus en détails ta putain de Bible à la con. Les meurtriers vont tout droit en Enfer ! » Libération de la Louve.

Les doigts qui caressent les cheveux. Tresses qu'elle coiffe depuis une vingtaine d'années. L'enfant est devenu grand. Mais en elle, il n'y a pas de place pour l'adulte. Seul le visage d'autrefois subsiste et compte. « Mère, je dois te dire quelque chose. » Elle n'écoute qu'à moitié. L'accolade est une mélodie imparable qui la berce. Oubli de toute l'Humanité d'une étreinte partagée. Adsila relève finalement les yeux vers elle. Le visage encore pelotonné contre ses seins. « J'ai rencontré une fille. » L'aveu est une lance balancée en plein dans sa cage thoracique. La réalité, un javelot entre les tempes. La tête éclate, le cerveau dégouline. Le visage change. Les mains cramponnent. « Qu'as-tu dit ? » la menace est implicite, mais elle ne tardera guère à se matérialiser davantage. Le garçon se détache, se relève pour s'enfuir. Loin de la carnassière qu'il craint et qu'il aime. « Tu as entendu, j'ai... rencontré quelqu'un. » Et Yuma se relève. « Elle s'appelle Liana. » Et Yuma avance. « Elle est très gentille et... je suis sûr qu'elle te plaira ! » Et Yuma lui fait face. « Je l'aime beaucoup, Maman ! » Le dernier trait réveille la Louve. Sa fourrure blanche se secoue, tandis qu'elle pose les yeux sur la scène. Le grondement, sous l'épiderme, qui annonce sa venue imminente. Yuma, qui serre les dents. « Tu... l'aimes ? Est-ce ainsi que tu parles d'une inconnue ? Es-tu extrêmement sot, ou tentes-tu de tester mes limites ? » Adsila tente de secouer sa petite caboche. « Ce n'est pas une inconnue, je la connais depuis deux ans, je l'ai rencontré à l'école ! » Yuma se dresse, impétueuse. « A l'école ?! Je savais que je n'aurais jamais du accepter ta demande ! Cet endroit est d'un danger mortel ! Tu ne sais rien du monde, rien de ses dangers, rien du tout. Tu n'es qu'un enfant ! Tu n'aurais jamais du quitter la maison ! Voilà les conséquences de ma gentillesse : tu reviens avec une fillette dont tu ignores tout, et tu oses me souligner la connaître ! Sais-tu seulement si elle est simple Humaine ? Elle pourrait tenter de te manipuler pour t'atteindre, pour nous atteindre tous ! Je pensais que tu avais grandi, que tu étais prêt à être éduqué pour prendre un jour ma place ! Mais cet événement me prouve que tu n'es pas encore digne d'un tel privilège. Désormais, tu ne quitteras plus cette maison sans mon accord. Tu ne retourneras plus à l'école. Et je t'interdis de revoir cette fille. Est-ce bien clair ? » Et, comme toujours, tout est bien clair.

Le temps qui s'effrite. Les moeurs qui dépriment. Sans arrêt, dossiers et témoins qui apparaissent, coupables et victimes qui disparaissent. Cadavres qui s'empilent. Indices qui défilent. Plus rien n'a de sens. L'Univers ne semble plus tourner très rond. Et le calvaire ne s'arrête jamais. « Vous ferez donc équipe avec ma remplaçante à partir d'aujourd'hui. Essayez d'être courtoise, Commandant. » Elle lève légèrement sa tasse à café. Seul lieu où l'humour semble encore pouvoir émerger de ses veines. « Je vais essayer, Commissaire. » Le Chef qu'elle estime tant s'en va. Retraite bien méritée et bien avancée d'une balle dans le tas. Il prend la porte, histoire de vivre un peu. « Elle n'est pas aussi horrible qu'elle en a l'air. » essaie de réconforter le Chef à la nouvelle responsable. Commissaire De Santis. Nouvelle arrivante qui observe déjà sa future partenaire. Le doute qui subsiste. La confiance à construire. Nouveau challenge. « Dîtes m'en plus sur elle. » Le Commissaire retraité soupire un grand coup. Ce qui n'annonce rien de bon. « Commandant Svenssen, Yuma. 21 ans de service. Elle a commencé en bas de la chaîne et a été promue après de jolis succès. Elle a permis l'arrestation du Faucheur, tueur en série de renommée dans nos rues. Son mari a disparu il y a 18 ans, jamais retrouvé, aucune trace. Elle a élevé leur fils toute seule. Pas facile à vivre, mais elle s'en est bien sortie. Caractère bien trempé, une vraie grincheuse avant le café, après le troisième, elle commence à se détendre un peu. Assez difficile d'avoir des infos sur elle, elle est assez discrète malgré ses grands airs. Depuis sa dernière promotion, elle gère bien le bordel que peut être le Commissariat ces derniers temps. Humour pas terrible, plutôt rentre-dedans, elle peut se mettre dans des colères noires mais sait se maîtriser lorsqu'il le faut. » De Santis reste silencieuse. Avant de se tourner vers lui. « Est-ce que vous lui faites confiance ? » Le Commissaire inspire profondément, et hoche la tête. « Ce que je peux vous dire, c'est que je lui confierais ma vie sans hésiter une seule foutue seconde. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Mer 15 Nov - 21:50
Le Réveil de la Louve
je n'étais plus seule. elle était là, avec moi.




     
Liberté promise, liberté jamais acquise. Un con de philosophe a dit un jour que cette foutue liberté est dans les choix que nous faisons. Nous sommes tous libres de dire oui, tous libres de dire non. Tu parles d'un gros con. Et nous, on écoute encore ces conneries pour essayer de donner un peu de réflexion à nos enfants.

Où était la liberté, lorsque je suis née ? Où est-elle encore, aujourd'hui ? Nulle part. Dans les abîmes de cette Terre de merde, peut-être. Chez les Sionistes, visiblement, puisqu'ils se plaisent à dire qu'ils luttent pour un Dieu libre qui n'existe pas. Je n'étais pas libre, lorsque je suis venue au monde. Personne ne l'est vraiment lorsqu'on naît au sein de la Meute. On ne peut renier sa famille. Et on ne peut renier la Louve, sous la moelle. Petite, déjà, mes parents me trouvaient parfaite. Comme si je valais tout l'or de ce putain de monde désenchanté. Je ne me souviens même pas de mon père. J'avais huit ans quand il a disparu. Disparu, oui, c'est ce que tout le monde a souhaité croire. J'étais peut-être la seule à me dire qu'il était plutôt dans la tombe. C'est peut-être stupide, mais c'est comme ça.

Après sa disparition, l'autre abruti de Sanders a cru bon de défier ma mère. Histoire de prendre le pouvoir et de réduire la Meute en cendres. Pas que je critique sa manière de diriger... Mais c'était vraiment un beau connard. Un vrai, bon, gros connard. Ce sale cabot a détrôné ma mère en quelques coups de crocs. Je me souviendrai toute ma vie du jour où s'est arrivé. Comment je me suis interposée. Comment je lui ai demandé de laisser ma mère en vie. Comment les Bêtas se sont agenouillés par la suite. J'avais l'impression que j'allais dégueuler à chaque seconde qui passait. Une nausée sourde bien présente dans le bide. Mais Sanders a réussi. Il est devenu Alpha.

Au début, il a toléré notre présence. Même si les Bêtas nous aimaient plus que lui. Même s'ils le maudissaient tous les soirs, quand il revenait beugler des ordres insensés. Et quand le ventre de ma mère s'est mis à grossir, ce sale con l'a menacée. Il tuerait le bébé, si l'hiver ne le faisait pas à sa place. Il le tuerait, qu'il ne cessait de répéter. J'avais neuf ans, alors je l'ai cru. Je lui ai craché toute ma haine au visage. Mais Monsieur n'avait pas la même patience que mon père. Ni même la maîtrise de sa bestiole. Le soir-même, il est venu essayer de me dévorer. Les Bêtas l'ont retenu jusqu'à ce qu'on parte, Maman et moi. J'ai appris plus tard qu'il en a bouffé deux pour l'exemple. Histoire que ça ne se reproduise pas.

Par obligation, on est devenues Omegas. Seules au monde. On s'est installées dans un taudis avec le peu d'économies qu'avait Maman. Les aides de la société nous ont permis de tenir jusqu'à l'arrivé d'Idja. Idja, c'était ma soeur. Une petite boule de poils qui a bien failli crever les trois premiers jours. Prématurée et malade, que les médecins ont dit. Pas beaucoup de chances de survie. Je l'ai bordée pendant des jours, pendant que Maman allait bosser malgré tout. Il fallait bien qu'on paie les factures. Et la bouffe. Et les soins. J'ai fait la grande soeur pendant trois mois. Puis trois ans. ça allait mieux, quand Idja a disparue elle aussi. Soupçons pointés sur les Sionistes, encore une fois. Alors que je prenais conscience de qui ils sont. De qui ils veulent faire la peau.

L'adolescence a été difficile. J'ai bossé dur histoire de ramener du fric rapidement. Je suis entré chez les flics à vingt-et-un ans. Petite policière de merde. Avec pour seul objectif, essayer de mettre sous les barreaux le plus de Sionistes possibles. Une utopie naïve qui me forçait à me réveiller tous les matins.

Ces mêmes vingt-et-un ans où je me suis mariée sur un coup de tête. Ou pas vraiment, puisque je portais déjà un enfant. Une erreur qui n'en était pas vraiment une. Erik, qu'il s'appelait. Le mari parfait pour moi. Un alcoolique colérique, mais je l'aimais parce qu'il se foutait bien de ce que j'étais. J'ai pondu Adsila neuf mois après. Un tout petit être qui a changé toute ma vie.

A vingt-cinq ans, la furie dans les veines. Erik qui disparaît à son tour. Et moi, seule, avec Adsila contre mon sein. La Louve qui beugle en permanence et qui réclame sa véritable place. La Femme qui cherche à protéger sa progéniture par tous les moyens. Direction Sanders pour lui éclater la gueule. Je ne me souviens pas vraiment de ce qu'il s'est passé. C'est la Louve qui a tout fait à ma place. Instinct enragé. Elle a laissé Sanders en vie, parce que je me suis réveillée au moment où elle allait l'achever. Il ne sait pas combien il a eu de la chance que je sois là.

Alpha, ensuite. Apprendre à diriger. Les Bêtas ont été patients et parents. Les plus vieux, des conseillers. Les plus jeunes, des bienveillants. Les prendre à parti pour tenter de trouver les meilleurs moyens de garder tout le monde en vie. Et malgré l'expérience, petit à petit, et malgré la prudence, petit à petit, je n'ai pas réussi à sauver tout le monde. Pas de ma faute, que disait ma mère. Mais la culpabilité était là quand même. Cette petite pute, traîtresse.

Maman est morte il y a trois ans. Comme ça, sans vraiment d'explications. Elle est partie du jour au lendemain. Crise cardiaque sans préavis. L'épreuve a été difficile. Mais il fallait bien qu'elle s'en aille rejoindre Papa. Je me suis consolée dans mon boulot. Et dans la Meute. Pour qu'on survive. Que je survive à la nouvelle épreuve. C'est con. Beaucoup d'autres sont certainement morts avant. Mais comme on ignore le fin mot de l'histoire, ma mère, c'était le premier deuil que j'avais vraiment sur les bras.

Depuis ce jour-là, j'élève mon fils comme ma mère m'a élevée. Si la plupart disent que je le surprotège, j'estime en avoir toutes les raisons. Et puis, à dire vrai, je me fous bien de ce qu'on peut me dire. Ce qui importe, c'est lui et lui seul. Même au-delà de la Meute.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Humaine

Identity Card

Arrivée à Londres : 01/10/2017 Missives : 128 Points : 754 Traits empruntés : Rachel Weisz. Pseudonyme : Loup. Crédits : Lux Aeterna + Tumblr. Je suis né(e) le : 12 juin de l'année 1970. et j'ai donc : quarante-sept années de lumière et d'ombre. et de trop nombreux jours bercés par l'obscurité du monde. J'appartiens aux : corps famélique et docile, chair tendre et pleine de rivières pourpres, elle se voûte face au zénith comme tous ces pathétiques humains. Actuellement, je suis : abandonnée, fracassée contre le pavé, traînant une carcasse démantibulée par la perte de l'être aimé. et je travaille comme : justicière à temps plein, carnassière des nuits sanglantes, commissaire. je suis de la caste : aisée. je vis à : suburbs. j'offre mon allégeance : à l'humanité et aux inspirations fébriles. et mes valeurs sont que : que l'on paye toujours le prix en fin de compte.

Tell Me More
Got It !

Mer 15 Nov - 21:52
BIENVENUE BOMBASSE DE LOUUUUUUUUUVE ! :excit: :excit:

T'ES BELLE ET TU SENS BON, VIENS, VIENS ON VA FAIRE DES BÉBÉS LOUVETEAUX DANS LES BUISSONS ! :ship: :ship:

_________________
† I look inside myself and see my heart is black. I see my red door and it has been painted black. Maybe then I'll fade away and not have to face the facts. It's not easy facing up when your whole world is black.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Harpie

Identity Card

Arrivée à Londres : 12/12/2016 Missives : 542 Points : 3456 Traits empruntés : Deepika Padukone ♥ Petite schizophrénie : Lysandre-victime Pseudonyme : SUPERNʘVɅ Crédits : SWAN BLBLBLBL & Tumblr Je suis né(e) le : 24 octobre 1974 et j'ai donc : 43 petites années J'appartiens aux : hordes des Harpies, bien que je sois une solitaire Actuellement, je suis : porteuse d'une bague, symbole d'une autre sorte d'alliance et je travaille comme : femme du monde, secrètement à la tête d'une lourde organisation de contrebande je suis de la caste : des MasterCard Black j'offre mon allégeance : à moi même, pas à mon espèce et mes valeurs sont que : si chaque chose à sa place, les humains ne sont pas à la leur.

Tell Me More
Got It !

Mer 15 Nov - 22:19
AGROU AGROU !! Bienvenue toi :perv:
Je vais rebondir sur ce que dit Madda (parce que sur Madda c'est moyen...), même si je sais pas si j'apprécie vraiment l'odeur des Amarok :mwhaha:

Éclate toi bien avec cette déesse ! **

_________________
Moi, quand j’ai plus rien à faire ici, je me retire… Plus une goutte d’eau. Plus un rayon de soleil. Je me dessèche, de la tête aux pieds. Et puis, un jour, la corneille raconte qu’elle a entendu au loin quelqu’un qui recommence à pleurer. Alors là, j’ouvre un œil, je rampe, mangeant la neige, léchant l’eau croupie… et mes ennemis tressaillent, car à me voir boire, ils comprennent que je suis de retour. — .
Je suis l'élément, l'atmosphère
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Harpie

Identity Card

Arrivée à Londres : 12/12/2016 Missives : 542 Points : 3456 Traits empruntés : Deepika Padukone ♥ Petite schizophrénie : Lysandre-victime Pseudonyme : SUPERNʘVɅ Crédits : SWAN BLBLBLBL & Tumblr Je suis né(e) le : 24 octobre 1974 et j'ai donc : 43 petites années J'appartiens aux : hordes des Harpies, bien que je sois une solitaire Actuellement, je suis : porteuse d'une bague, symbole d'une autre sorte d'alliance et je travaille comme : femme du monde, secrètement à la tête d'une lourde organisation de contrebande je suis de la caste : des MasterCard Black j'offre mon allégeance : à moi même, pas à mon espèce et mes valeurs sont que : si chaque chose à sa place, les humains ne sont pas à la leur.

Tell Me More
Got It !

Dim 26 Nov - 10:31
Fiche en danger
Que ce passe-t'il petit lutin ?


Malheureusement, il semble que le délai pour la rédaction de ta fiche soit dépassé. Comme il est indiqué dans le règlement du forum, tu as en temps normal 7 jours pour la remplir et en demander la validation. Mais pas d'inquiétude ! Voila une chance de ne pas te voir supprimé en cas de contre-temps. Le Staff te laisse donc encore une semaine pour finir ta fiche, ou bien te signaler : besoin d'un délai supplémentaire ? Tu coinces ? Tu as des interrogations ? Dans ce cas n'hésite surtout pas à me contacter directement pour en discuter. L'essentiel est que tu te manifeste !

Bon courage   =)

J'étais obligée ma quiche, règlement oblige mais juste fais genre tu demandes un délai je ferai genre j'accepte de bonne grâce toussa toussa xD


Fiche en danger jusqu'au 3 décembre



_________________
Moi, quand j’ai plus rien à faire ici, je me retire… Plus une goutte d’eau. Plus un rayon de soleil. Je me dessèche, de la tête aux pieds. Et puis, un jour, la corneille raconte qu’elle a entendu au loin quelqu’un qui recommence à pleurer. Alors là, j’ouvre un œil, je rampe, mangeant la neige, léchant l’eau croupie… et mes ennemis tressaillent, car à me voir boire, ils comprennent que je suis de retour. — .
Je suis l'élément, l'atmosphère
Revenir en haut Aller en bas

Invité
avatar
Invité

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Dim 26 Nov - 10:45
HAHAHAHAHAHA ! Très bien, je vais rester une gentille petite fille (aa) (aa)

Puis-je avoir un délai, M'dame ?

En sachant qu'il n'est pas nécessaire, j'aurai certainement fini dans la journée :vibro: :vibro:
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Harpie

Identity Card

Arrivée à Londres : 12/12/2016 Missives : 542 Points : 3456 Traits empruntés : Deepika Padukone ♥ Petite schizophrénie : Lysandre-victime Pseudonyme : SUPERNʘVɅ Crédits : SWAN BLBLBLBL & Tumblr Je suis né(e) le : 24 octobre 1974 et j'ai donc : 43 petites années J'appartiens aux : hordes des Harpies, bien que je sois une solitaire Actuellement, je suis : porteuse d'une bague, symbole d'une autre sorte d'alliance et je travaille comme : femme du monde, secrètement à la tête d'une lourde organisation de contrebande je suis de la caste : des MasterCard Black j'offre mon allégeance : à moi même, pas à mon espèce et mes valeurs sont que : si chaque chose à sa place, les humains ne sont pas à la leur.

Tell Me More
Got It !

Dim 26 Nov - 11:10
Alors je t'accorde un délai ... OFFICIELLEMENT MAGGLE :vibro: =p
& magne tes fesses y'en a qui veulent lire ta fiche XD

_________________
Moi, quand j’ai plus rien à faire ici, je me retire… Plus une goutte d’eau. Plus un rayon de soleil. Je me dessèche, de la tête aux pieds. Et puis, un jour, la corneille raconte qu’elle a entendu au loin quelqu’un qui recommence à pleurer. Alors là, j’ouvre un œil, je rampe, mangeant la neige, léchant l’eau croupie… et mes ennemis tressaillent, car à me voir boire, ils comprennent que je suis de retour. — .
Je suis l'élément, l'atmosphère
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Harpie

Identity Card

Arrivée à Londres : 12/12/2016 Missives : 542 Points : 3456 Traits empruntés : Deepika Padukone ♥ Petite schizophrénie : Lysandre-victime Pseudonyme : SUPERNʘVɅ Crédits : SWAN BLBLBLBL & Tumblr Je suis né(e) le : 24 octobre 1974 et j'ai donc : 43 petites années J'appartiens aux : hordes des Harpies, bien que je sois une solitaire Actuellement, je suis : porteuse d'une bague, symbole d'une autre sorte d'alliance et je travaille comme : femme du monde, secrètement à la tête d'une lourde organisation de contrebande je suis de la caste : des MasterCard Black j'offre mon allégeance : à moi même, pas à mon espèce et mes valeurs sont que : si chaque chose à sa place, les humains ne sont pas à la leur.

Tell Me More
Got It !

Dim 26 Nov - 12:35
Champagne !
Tu as désormais un personnage tout beau, tout neuf et validé




Tu as intérêt à bien la jouer la Charlize.... :plotting: Allez va pisser partout sale louve !

Te voila donc opé(e) ! Mais avant de te ruer comme un(e) malpropre dans le flood (ouais ouais on te connait déjà !) ou sur la CB, il te reste encore quelques petits devoirs de citoyen à accomplir. Et pour te guider, parce qu'on est trop sympa (a), il n'y a qu'a cliquer sur les liens à suivre ! Pour commencer, il ne faudra pas oublier de réserver ton avatar. Et oui, ça ne va pas se faire tout seul ! Autres réservations importantes, ton métier, et ton logement dont il faudra demander la création. Après... c'est la fête ! Tu pourras partir en quête de liens et de rps après avoir créé tes propres topics. Jusque là, c'est déjà pas mal, non ? Et pour le reste ce sera de la tarte. Tu pourras t'en aller poster d'éventuels scénarios (deux maximums, dont il te faudra attendre la validation), balancer un max de pré-liens puis partir faire le flan partout sur le forum !

Et si tu es nouveau(elle) sur le forum, voici les deux sujets qui pourront être des plus utiles pour t’intégrer : le guide du forum, et les bonnes fées ! N'hésite surtout pas à parcourir le premier et à t'inscrire sur le second. En attendant si tu as des questions, les Staffeux sont évidemment à ton écoute

N'oublie pas les top-sites, car nous comptons sur tes votes pour faire connaitre DiA à un maximum de personne. Sur ce, c'est l'heure de partir à l'assaut du forum donc je ne te retiens pas plus longtemps !

Longue vie sur DiA



_________________
Moi, quand j’ai plus rien à faire ici, je me retire… Plus une goutte d’eau. Plus un rayon de soleil. Je me dessèche, de la tête aux pieds. Et puis, un jour, la corneille raconte qu’elle a entendu au loin quelqu’un qui recommence à pleurer. Alors là, j’ouvre un œil, je rampe, mangeant la neige, léchant l’eau croupie… et mes ennemis tressaillent, car à me voir boire, ils comprennent que je suis de retour. — .
Je suis l'élément, l'atmosphère
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Identity Card
Tell Me More
Got It !

Revenir en haut Aller en bas
 

(YUMA) moon's light

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DEUS IN ABSENTIA ::  :: Old memorial :: Collection of stories-
Codage optimisé pour